Son bac en poche, Arthur part en Australie pendant une année, s’inscrit dans une école de langues pour devenir bilingue en anglais, voyage et découvre des cultures différentes. Cette expérience est un déclic : bien que son projet professionnel ne soit pas encore clairement déterminé, il sait qu’il veut se diriger vers une carrière à l’étranger. À son retour en France, alors qu’il doit choisir sa future école, INSEEC Bachelor s’impose comme une évidence.

Un programme orienté vers l’international

« Après l’Australie, je souhaitais m’orienter en école de commerce. Une école qui puisse me donner toutes les cartes en main pour réussir une carrière à l’étranger. INSEEC Bachelor correspondait parfaitement à mes attentes : un cursus axé sur l’international avec les stages, les cours en anglais, les professeurs d’universités et de grandes entreprises étrangères. C’est exactement ce que je recherchais : parler anglais au quotidien et découvrir une pédagogie différente. »

Un parcours idéal pour devenir chef d’entreprise

En 3e année, il choisit la majeure marketing et se forge une solide expérience dans ce domaine via des stages : community manager chez Publicis, chef de projet chez Ubifrance à Chicago et au sein de GL Events à Londres. Des expériences qui lui apportent de précieuses connaissances liées à l’entreprise : comment développer une marque sur les réseaux sociaux ? Quelles sont les clés pour créer son entreprise à l’étranger ? Comment créer un événement de A à Z ?

Les stages et les cours à INSEEC Bachelor lui donnent la maturité nécessaire pour développer son entreprise. Après l’obtention du diplôme, Arthur décide de se lancer dans l’aventure et il crée, avec un associé, Wasatch Parc aux États-Unis, une société qui propose des activités sportives dans des stations de ski dans l’Utah.

« J’avais toutes les cartes en main pour mener à bien mon projet entrepreneurial, que ce soit les connaissances acquises en entreprise, les conseils des professeurs, ou encore les expériences à l’étranger. J’ai pourtant reçu une proposition d’emploi chez Adidas mais mon ambition de devenir chef d’entreprise à l’étranger a été plus forte ! »

Comments

comments