Les étudiants de 3e année effectuent un stage de fin d’études d’une durée minimum de 6 mois. Ce stage représente pour eux la dernière exigence avant de prétendre à l’obtention du diplôme INSEEC Bachelor.

Entretien avec Caroline, en stage en Angleterre chez Johnson and Johnson.

Un stage à l’étranger : un projet professionnel bien précis

Le projet de Caroline est clair : elle souhaite travailler dans le secteur de la santé à la fin de ses études. Elle cherchait donc un stage en rapport avec son envie de carrière. Néanmoins, elle souhaitait également vivre une expérience professionnelle internationale à l’étranger. Son objectif : trouver un stage en Angleterre au sein d’une « healthcare company ».

Il lui a fallu développer beaucoup de ténacité et de motivation : de l’autre côté de la Manche, les calendriers pédagogiques ne sont pas identiques, et il faut savoir se montrer convaincant pour obtenir une place en stage malgré ces contingences.

Des missions en phase avec son projet professionnel

« Ma première mission : développer, avec une agence marketing, le site web du nouveau projet de l’entreprise. Je m’occupe également d’alimenter ce site en contenus. Parallèlement je mets en place des moyens et outils pour structurer la communication interne entre les membres de l’équipe à laquelle je suis intégrée, qui est une équipe récemment formée. Enfin, j’extrapole ces process de communication interne à la communication entre l’entreprise dans sa globalité, et mon équipe. »

Les conseils de Caroline : persévérance et organisation

Premier conseil de Caroline aux étudiants qui vont entrer en 3e année en septembre prochain : organisez-vous ! « On pense pouvoir facilement concilier recherche de stage et travail personnel, mais on surestime souvent le temps que demandent les pistes à explorer, les contacts à nouer, les lettres à rédiger, les réponses à attendre, etc. Il faut se donner des objectifs précis, planifier ses démarches et surtout commencer à chercher dès le mois de septembre ! »

Un mot d’ordre : la persévérance. « Je conseille également de tout tenter, et de s’engager sur toutes les pistes possibles et imaginables : aucun projet n’est irréalisable, au contraire, il peut suffire parfois d’être là au bon moment, de rencontrer la bonne personne ou d’avoir tout simplement les bons mots. Il n’est pas nécessaire de se fixer des limites par rapport à son diplôme ou à son expérience. »

Comments

comments