Jeune Chamoniard de 21 ans, Eliott Bernard vient de partir en mobilité universitaire, direction Brno, en République Tchèque, afin de terminer sa 3ème année à l’Inseec Campus Chambéry.

Ce grand départ, dans les faits, est aussi un envol personnel. Là-bas, il poursuit ses études à l’université Mendel, du nom du scientifique Gregor Mendel, père fondateur de la génétique.

Pourquoi Brno, deuxième ville de Tchéquie ?

« Par curiosité », souffle Eliott, attiré par l’Est de l’Europe « et pour y apprendre la psychologie et la sociologie du management, les échanges internationaux. Le coût du voyage est faible et la Tchéquie est une porte d’entrée vers tous les autres pays de l’Est ».

L’avenir se prépare donc là « peut-être pour devenir commercial international… avant de trouver un poste plus sédentaire », prophétise-t-il.

Son parcours n’a pas été sans contretemps : inscrit en DUT physique chimie appliquée, à Annecy-le-Vieux, Eliott s’imaginait astronaute. Son bac S en poche, spécialité physique chimie, il se disait alors certain d’une continuité, sur les hauteurs de la cité haut-savoyarde.

« Mais je ne m’y suis pas plu. C’était extrêmement pointu, loin de ce que j’avais connu au lycée ».

Ses parents, anciens pensionnaires de feu l’Ecole supérieure de commerce de Chambéry, lui conseillent alors d’opter pour le monde du commerce, de la comptabilité, de la linguistique.
Eliott trouva alors à Chambéry une ville et un campus « à taille humaine », les montagnes à proximité. Cette familiarité de lieu lui fit choisir l’Inseec, compte tenu de ses bonnes aptitudes sportives (il est hockeyeur de haut niveau).

« Je m’y retrouve totalement », sans toutefois regretter son expérience à la fac. C’était à faire, il a ainsi pu affiner son projet de vie.

A l’Inseec de Chambéry, Eliott ne rase pas les murs. Au contraire, il est un étudiant actif, membre du bureau des élèves lors de sa deuxième année. Il a présidé l’association « Inseec Promotion », a travaillé sans relâche à la promotion de l’école, à l’organisation des portes ouvertes. Pour ses camarades, il est aussi l’une des pierres angulaires de la « Raclette Cup 3 », la plus grande raclette étudiante au monde.

Enfin, sa participation au « 4L Trophy 2020 » n’est pas passée inaperçue. Disputée au Maroc, cette course a pris fin au moment où un virus abattait son implacable contagiosité en Europe occidentale. Aujourd’hui en Bachelor 3è année, Eliott peut déjà se retourner sur un début de parcours des plus riches.

« Humainement, à l’Inseec, j’ai pris conscience de mes qualités, de mes capacités de management. J’ai pu participer à l’élaboration de projets, apprendre à démarcher des gens, des partenaires. J’y ai acquis les bases du commerce, une base professionnelle avec les différents stages, des savoirs-être »… De façon générale, sa confiance en lui s’est accrue.

« Je sais désormais entreprendre et faire preuve d’adaptabilité », sourit-il.

Tout lui est désormais ouvert. D’étapes en étapes, le voici paré, gonflé de confiance. Le pays ayant un grand besoin d’une évolution du management, « trop pyramidal », il veut participer au changement de mentalités, pour un système plus horizontal, où le désir de chacun est pris en compte.

Et il n’a que 21 ans…

 

Comments

comments