Les Bachelor 2ème année sont partis en séminaire « Gestion de crise » direction la vallée de la Maurienne, au cœur du Parc National de la Vanoise. Retour sur deux jours qui ont révélé aux étudiants… leur promotion 2018.

 Lundi 26 mars 2018, 7 h 30

Après un rapide petit déjeuner, chaudement vêtus, les 45 élèves de Bachelor Business et International Business du Bachelor Chambéry ont rallié un bus, direction leur QG pour 48 h : le Centre National de Formation de la Croix-Rouge à Modane. Sitôt arrivés, ils ont été accueillis par DINALT, une société de team-building en milieu montagnard, incarnée par Marie-Charlotte et Guillaume Mainguy, coachs professionnels formés à HEC Paris.

Ces spécialistes de la cohésion d’équipe en milieu « extra-ordinaire » avaient imaginé pour les étudiants un scénario en extérieur sur la thématique :

« Décider dans l’incertitude, rendre l’organisation résiliente ».

Marie, étudiante, relate son ressenti :

«  J’ai abordé ce séminaire dans l’optique de me donner à fond et d’apprendre des choses. J’avais hâte de découvrir ce que nous allions faire. Dès la première journée, j’ai pris énormément de plaisir, je me suis rendu compte que j’aime beaucoup être dans l’action, que l’esprit d’équipe est primordial et que chacun pouvait apporter quelque chose d’important et de complémentaire ;  c’est pourquoi il est nécessaire de tous s’écouter et de motiver tout le monde. »

Elena abonde aux propos de Marie :

« Les encadrants agissaient dans la bienveillance ; ce premier jour de séminaire était très intéressant et pertinent, avec une bonne approche du « vrai » travail d’équipe, important pour sonder sa place, pour savoir ce que l’on peut apporter au sein du groupe ».

Mardi 27 mars, 6 h

Levés aux aurores, les étudiants ont pu profiter du lever de soleil sur le sommet de la Dent Parrachée et ses 3 697 mètres d’altitude. Équipés d’une lampe frontale, ils ont repris leur travail en équipe. La gestion de crise, ici expérimentée en montagne, concerne toutes les organisations, notamment les entreprises. C’est pourquoi il était fondamental que les étudiants en décèlent les principaux items, à savoir : apprendre à identifier une crise, concevoir et structurer un plan d’action en réponse, organiser une cellule de crise, manager et communiquer en période de crise. Les étudiants étaient entre de bonnes mains, précisément celles de Guillaume Mainguy, ancien Commandant d’unité de secours en montagne au PGHM (Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne), expert en gestion d’événements complexes et d’ampleur (Crash de la Germanwings, G8, opérations de lutte contre l’orpaillage en Guyane, etc.).

Générer des effets de synergie

« L’objet de ce séminaire, c’est au fond le rapport à la complexité et comment l’appréhender. L’expérience a poussé ces jeunes étudiants à agir par-delà les contenus et les lectures individuelles. En faisant le choix de s’engager, ils ont alors donné un sens précis à leur action, celui de vivre et grandir ensemble. Pour nous, c’est la plus belle des récompenses ».

« Pour une telle thématique, il était beaucoup plus intéressant d’être sur un autre format que celui de la salle de cours ; cela nous a permis de vraiment mettre en application les enseignements théoriques. Par rapport à mon projet pro, c’était vraiment top parce que j’aimerais me tourner vers l’événementiel : la gestion de crise dans ce domaine est quasi permanente ! » explique Agathe.

Johan parachève ce que nombre d’étudiants ont rapporté à l’issue du séminaire :

« J’avais besoin de me tester en situation réelle pour constater de quoi je suis capable mais aussi pour identifier mes lacunes. Durant ces deux jours, nous avons constamment été à la recherche de l’amélioration, sommes parvenu à construire un esprit logique et professionnel malgré la pression croissante. Nous avons tout de suite remarqué que l’improvisation n’a plus lieu d’être à notre âge. De cette expérience, j’en ressors grandi et avec la sensation d’avoir analysé, clarifié et validé un certain palier en moi. »

 

Comments

comments