Le saviez-vous ?

Pendant un demi-siècle à partir de 1857, l’Argentine fut une des destinations privilégiées d’immigrants savoyards fuyant la famine et la pauvreté. Suite à la révolution de 1810, le gouvernement de ce pays vide cherchait à le peupler de familles européennes. Des émissaires furent envoyés en Europe pour contacter des volontaires, qui partirent en famille et qui, par contrat, bénéficièrent d’attributions gratuites de terres (33 hectares de terres, 2 chevaux, 6 têtes de bétail, des semences pour la 1re année, et un petit pécule).Le premier convoi maritime (deux mois de mer) partit avec 12 familles, suivies et rejointes par beaucoup d’autres. Ces familles fonderont des ville comme San José en 1857 et San Carlos un an plus tard, ou Villa Elisa en 1890, dans la province de Santa Fé.

Au cours de sa 3e année de formation, Carole a pu effectuer un semestre universitaire en Argentine dans un établissement partenaire de l’INSEEC. Passionnée de sport outdoor, Carole a toujours vécu entre lac et montagne. Après son bac, elle a décidé d’intégrer le programme Bachelor sur le campus de Chambéry. Très tôt, elle a eu la chance de voyager, dans un premier temps avec ses parents, puis avec des amis. « Le virus du voyage m’a donc contaminé et je suis constamment à la recherche de nouvelles expériences internationales. »

Un semestre en Argentine

Pour finaliser son cursus Bachelor, elle a décidé de partir pendant un semestre à la Universidad del Salvador à Buenos Aires en Argentine. Elle avait déjà voyagé en Amérique du Sud mais rêvait de connaître cet immense pays de l’hémisphère sud.

« Le choc culturel a été vraiment important. Il s’agit d’une véritable adaptation à une nouvelle culture, une langue (qui présente beaucoup de différences avec l’espagnol européen) et une organisation totalement différente. J’ai été très bien reçue et j’ai eu la chance de rencontrer des gens tellement différents de moi qu’ils m’ont permis de mener une véritable réflexion sur mon mode de vie et mes convictions. En dehors des cours, j’ai eu la chance de voyager principalement dans le pays mais également en Uruguay, au Chili et au Brésil. »

Découverte d’un nouveau système éducatif

Pendant son semestre universitaire, Carole a pu suivre les cours suivants :

  • Globalizacion e internacionalizacion : regard des pays du Sud sur la globalisation au travers la vision d’auteurs,
  • Investigacion de mercados : investigations de marché. « Il y a avait un gros dossier de 150 pages à rendre dans cette matière. Mon sujet était l’exportation de la laine de Patagonie au Portugal. »,
  • Economia internacional : « Cette matière était vraiment très difficile avec des études et des graphiques très poussés »,
  • Relaciones Internacionales, 
  • Comercio exterior, desarollo y medio ambiente : Commerce International, développement et environnement. « Matière très intéressante autour de la problématique principale : Comment chercher à se développer en temps que pays tout en facilitant le développement et en préservant l’environnement. » 

« Au départ, j’ai été assez déstabilisée par le système éducatif argentin : En général, les profs donnent des livres d’environ 150 pages à lire dans le semestre. Chaque cours est basé sur un ou plusieurs chapitres. Il faut donc lire au fur et à mesure ! »

De cet échange, Carole a beaucoup appris tant sur le plan professionnel que personnel. « Je vous encourage tous réellement à mener cette expérience exceptionnelle de l’international ! »

De retour en France, Carole a passé le concours Evolution et a intégré l’INSEEC Business School en septembre 2014. Elle a opté pour un cursus en alternance dans une agence de voyage.  « J’allie donc plaisir, passion et travail ! » 

Comments

comments