Porteur du numéro 23 dans l’équipe pro de Valence, Yoann Eudaric déplie son mètre 96 au poste de pivot avec la passion du sportif de haut-niveau. Mais il pense aussi à l’avenir, et ce assez tôt dans sa carrière.
Agé de 33 ans, Yoann Eudaric est sur le point de soutenir son mémoire de fin d’études, après 3 ans passés au Bachelor On line de l’INSEEC Sport – Ecole de management du sport – INSEEC Sport (inseec-sport.com)

Adaptabilité maximum aux parcours des sportifs !

Après avoir tenté les études à distance avec le CNED alors qu’il évoluait à Angers, sans succès, Yoann a accepté, non sans appréhension, de s’intéresser à l’INSEEC SPORT.

Sur les conseils du syndicat (AJPH – Association des Joueurs Professionnels de Handball), partenaire de l’INSEEC SPORT, le sportif a été rassuré en découvrant que les cours s’adaptaient au calendrier sportif.

« Ce n’était pas pour attirer les élèves, ils ont toujours été à l’écoute, et tout le monde ne le fait pas. Ici, les professeurs se sont adaptés à nous, pendant trois années. »

Aujourd’hui, le marketing digital n’a plus de secret pour lui.

Une formation crédible et professionnelle

« Cela s’est bien passé. J’ai trouvé un bon rythme qui se ressent sur mes résultats sportifs et scolaires, s’enthousiasme Yoann Eudaric. En trois ans, c’est allé crescendo. Cela me permet d’avoir un coup d’avance, sans pression, sur ce que je ferai après le handball. J’ai des pistes, pas mal de secteurs me plaisent. »

Le joueur a changé de club en cours de formation. Il est passé de Sélestat à Valence, où il évolue en Proligue depuis deux ans. Yoann est très heureux que cette transition se soit faite sans heurt.

« Le CESNI – Centre d’Etudes des Sportifs Nationaux et Internationaux (devenu INSEEC SPORT) a été très crédible, très professionnel. Ils savent ce qu’ils font, explique-t-il, on est très suivi, poussé quand ça va moins bien, reboosté par les professeurs. Cela m’a conforté dans mon choix. Il n’y a pas de décalage entre ce qui est dit, et ce qui est fait. Sans le CESNI, je n’aurais pas pensé pouvoir faire des études comme je l’ai fait. »

Un pari gagnant sur l’avenir.

 

Comments

comments